TOURS - Mardi 21 septembre - Journée mondiale de la maladie d'Alzheimer
La musique pour lutter contre les maladies de la mémoire
Alzheimer.png
Conférence - 14h à 15h - Présentiel  - Salle des fêtes de la mairie de Tours
musique2.jpg

À PROPOS

Il existe de nombreuses pratiques cliniques de l’utilisation de la musique, celles-ci suscitent généralement une grande satisfaction des patients et des aidants. Les études expérimentales, notamment en neuroimagerie, confirment années après années les liens particuliers que notre cerveau entretient avec le domaine musical.

 

Ainsi, sont maintenant proposées de nombreuses applications cliniques en neurologie de l’utilisation de la musique : rééducation du langage, rééducation motrice chez des patients Parkinsoniens, accompagnement dans la récupération d’accidents vasculaires cérébraux, modulation de la douleur aigüe ou chronique… Dans le domaine des maladies neurodégénératives, la musique est intéressante dans la régulation de l’humeur mais elle est surtout une stimulation cognitive qui nous a permis de révéler chez des patients Alzheimer à un stade sévère des capacités d’apprentissages insoupçonnées.

Le + de la journée : un forum sur la maladie d'Alzheimer

 

Ce forum, organisé dans le Péristyle de la mairie, propose 5 stands d'information : 

  • France Alzheimer,

  • Centre Mémoire de Ressources et de Recherche (CMRR) du CHRU de Tours,

  • Relais Cajou et Bulles d'r - Mutualité française,

  • Agevie,

  • Equipe Mobile Alzheimer 37.

pin.png
Lieu

Salle des fêtes de la Mairie 
1-3 Rue des Minimes
37000 Tours

calendar.png
Date

Mardi 21 septembre

De 14h à 15h

presentiel.png
Présentiel

450 places

picto-conférence-distanciel-off-Orange
Distanciel

Non

Les intervenants

Hervé Platel

Hervé Platel est professeur de Neuropsychologie à l’Université de Caen (Unité Inserm U1077). Il a été parmi les premiers en France à réaliser des études de neuroimagerie permettant la « cartographie » cérébrale de la perception et de la mémoire musicale.

 

La musique pour lutter contre les maladies de la mémoire ?

Il existe de nombreuses pratiques cliniques de l’utilisation de la musique, celles-ci suscitent généralement une grande satisfaction des patients et des aidants. Les études expérimentales, notamment en neuroimagerie, confirment années après années les liens particuliers que notre cerveau entretient avec le domaine musical. Ainsi, sont maintenant proposées de nombreuses applications cliniques en neurologie de l’utilisation de la musique : rééducation du langage, rééducation motrice chez des patients Parkinsoniens, accompagnement dans la récupération d’accidents vasculaires cérébraux, modulation de la douleur aigüe ou chronique…

 

Dans le domaine des maladies neurodégénératives, la musique est intéressante dans la régulation de l’humeur mais elle est surtout une stimulation cognitive qui nous a permis de révéler chez des patients Alzheimer à un stade sévère des capacités d’apprentissages insoupçonnées.

Catherine Anterion-Thomas

Neurologue au CHU de St Etienne de 1987 à 2013, Catherine Thomas-Antérion a créé l’une des trois premières consultation de Mémoire en France en 1993 et a été responsable de l’un des 10 premiers CM2R (Centre Mémoire Ressource Recherche) de 2002 à 2013, et a été responsable de l’un des 8 Centres Maladies Rares DFT et syndromes apparentés de 2008 à 2013.

Elle a été Médecin consultant au Centre de Prévention des caisses de retraite cadres, à Lyon de 1997 à 2002 puis a rejoint de 2002 à 2011 le Centre d’Accueil de Jour de l’ADAPT à Lyon.

En parallèle, elle a été membre actif des Sociétés de Neurologie et de Neuropsychologie (plusieurs fois membres du bureau, co-éditeur de plusieurs ouvrages sous l’égide de la SNLF, et membre du comité de rédaction de la Revue de Neuropsychologie), membre fondateur et présidente du FARAP (Forum Alzheimer Rhône Alpes) et membre actif et présidente du GRECO (Groupe de Réflexions sur les Evaluations Cognitives) et a été l’un des éditeurs du GREMOIRE, tome 1 en 2008 et tome 2 en 2015.

Elle a plusieurs fois participé à des groupes de travail à l’HAS. En 2007, elle devient et demeure chercheur associé dans le Laboratoire Etudes des Mécanismes cognitifs, EA 3082 de l’Université Lyon 2. Elle a encadré de nombreuses thèses et participe régulièrement à des jurys de thèses et d’HDR.

Elle est membre du Comité scientifique de France Alzheimer depuis 2010 (fin du mandat en 2016).

Depuis mai 2013, elle exerce le neurologie libérale à Lyon: neurologie du comportement, consultations de mémoire et de neuropsychologie. En plus de ses activités de médecin neurologue clinicien, elle donne des avis sapiteurs (expertise) et travaille régulièrement dans la Presse Médicale, attachée à la diffusion des idées et au partage des connaissances.