top of page
bloc date lille.png

A PROPOS
DE LA SEMAINE 2023

L'évènement national de référence sur la mémoire

Découvrez la Semaine de la Mémoire et ceux qui ont participé à sa mise en œuvre

La Semaine de la Mémoire

La Semaine de la Mémoire est une des actions phare menées par l’Observatoire B2V des Mémoires, fonds de dotation créé en avril 2013 par le groupe de protection sociale B2V. Les quatre premières éditions en 2014, 2016, 2018 et 2021 se sont déroulées à Caen, à Bordeaux, à Montpellier et à Tours.

En 2023, c’est la ville de Lille qui reçoit cette Semaine dédiée à la mémoire du futur et la santé mentale.    


À travers cette grande manifestation, l’Observatoire B2V des Mémoires entend :

  • Diffuser la connaissance autour de la mémoire

  • Réunir d’éminents spécialistes de la mémoire pour favoriser la transdisciplinarité

  • Vulgariser les savoirs pour permettre au grand public et aux médias d’avoir accès aux recherches et aux découvertes scientifiques

  • Mettre en lumière un enjeu sociétal majeur

  • Parler de toutes les facettes de la mémoire : individuelle, collective, sportive, etc.

  • Proposer différents formats (conférences, atelier, tables rondes...) pour attirer le plus large public

 

La Semaine de la Mémoire est l’événement national de référence autour de la mémoire.

Le Conseil scientifique de l’Observatoire B2V des Mémoires s’est entouré d’experts de la mémoire basés à Lille pour contribuer largement à l’organisation de cette nouvelle semaine. Ils collaborent ensemble depuis plus d'un an pour vous offrir un programme de qualité. ​


Sans eux, l’événement ne pourrait exister alors MERCI !

Le Conseil scientifique

Eustache.png

Francis Eustache

Francis Eustache est président du Conseil scientifique de l'Observatoire B2V des Mémoires. Il dirige l’Unité U1077 de l’Inserm de Caen, unique unité de recherche en France totalement dédiée à l’étude de la mémoire humaine. Spécialiste en neuropsychologie de la mémoire, il dirige des recherches sur la mémoire humaine et ses maladies en utilisant des évaluations cognitives et différentes techniques d’imagerie cérébrale.

 

Francis Eustache a été l’un des premiers chercheurs à comprendre l’intérêt des techniques d’imagerie cérébrale pour l’étude du fonctionnement cognitif humain. Ses travaux, associant neuropsychologie et neuroimagerie cérébrale, ont permis d’améliorer le diagnostic précoce des maladies neurodégénératives, grâce à l’élaboration et à la validation de procédures automatisées de traitement d’images.

Amieva.png

Hélène Amieva

Hélène Amieva est professeur de psychogérontologie à l’Université de Bordeaux et chercheur dans un Centre de Recherche Inserm, appelé « Bordeaux Population Health ».

Sa particularité est d’étudier le fonctionnement cognitif et mnésique chez la personne âgée avec une approche longitudinale et épidémiologique, permettant de prendre en compte l’impact de nombreux facteurs ayant une influence sur la santé physique et mentale des personnes.

Ganascia.png
Jaffard.png

Robert Jaffard

Robert Jaffard est neurobiologiste, spécialisé dans l’étude de la mémoire. L’objectif de ses travaux est de comprendre les mécanismes cérébraux qui, de la molécule à la cellule et aux réseaux neuronaux, permettent l’émergence de la mémoire, qu’il mesure par des tests comportementaux.

 

Dans ses premiers travaux, il s’intéresse à une région du cerveau, l’hippocampe, dont on connaît le rôle capital dans le fonctionnement de la mémoire humaine et à un neuromédiateur cérébral, l’acétylcholine, dont la quantité diminue fortement dans la maladie d’Alzheimer.

PESCHANSKI.png

Denis Peschanski

Directeur de recherche au CNRS et historien, Denis Peschanski est affecté au Centre Européen de Sociologie et de Science politique. De 2001 à 2005, il est membre du Conseil scientifique du CNRS. Puis, de 2006 à 2008, il devient directeur scientifique adjoint au CNRS, département des sciences humaines et sociales.

​​

Il est le responsable scientifique de l'équipement d'excellence MATRICE, plateforme technologique visant à mieux comprendre les interactions entre mémoire individuelle et mémoire collective.

Thomas Anterion.png

Catherine Thomas-Anterion

Neurologue au CHU de Saint Etienne de 1987 à 2013, Catherine Thomas-Antérion a créé l’une des trois premières consultation de Mémoire en France en 1993 et a été responsable de l’un des 10 premiers CM2R (Centre Mémoire Ressource Recherche) de 2002 à 2013, puis responsable de l’un des 8 Centres Maladies Rares DFT et syndromes apparentés de 2008 à 2013.​​ Elle est membre du Comité scientifique de France Alzheimer de 2010 à 2016. ​

 

Depuis mai 2013, elle exerce la neurologie libérale à Lyon : neurologie du comportement, consultations de mémoire et de neuropsychologie. En plus de ses activités de médecin neurologue clinicien, elle donne des avis sapiteurs (expertise) et travaille régulièrement dans la Presse Médicale, attachée à la diffusion des idées et au partage des connaissances. 

L'équipe de Lille

Christine Moroni (2).png

Christine Moroni

Après avoir exercé la profession de neuropsychologue à l'hôpital Avicenne, Christine Moroni a été nommée enseignant-chercheur en neuropsychologie à l'université de Lille au sein du laboratoire Psitec (ULR 4072) de la composante PsySEF. Ses thèmes de recherche actuels portent d'une part sur l'étude des conséquences cognitivo-comportementales des traumatismes crâniens (comotion cérébrale, traumatisme crânien modéré et grave) et d'autre part sur le vieillissement cognitif normal et pathologique. Dans ce cadre, elle est fortement impliquée au sein du collectif de chercheurs lillois nomé Vulnerâge. Ce collectif multidisciplinaire abore la démarche des soins dans la prise en charge des personnes âgées vulnérables.

Fabien D'Hondt (2).png

Fabien D'Hondt

Fabien D'Hondt est Maître de conférences HDR en Neurosciences à l'Université de Lille. Il est enseignant au sein de l'équipe pédagogique de psychiatrie et d'addictologie de la faculté de médecine (UFR3S, Univ. Lille) et chercheur dans l'équipe Plasticity & Subjectivity du centre Lille Neuroscience & Cognition (U1172; Univ. Lille, Inserm, CHU de Lille). Ses travaux de recherche portent sur l'étude des dysfonctionnements cognitifs et affectifs associés aux troubles de santé mentale, notamment les troubles liés à l'usage d'alcool et le trouble de stress post-traumatique. Il a (co)écrit plus de 80 publications scientifiques dans des revues internationales. Depuis 2019, il est également responsable de la recherche au Centre national de ressources et de résilience (Cn2r) pour les psychotraumatismes.

Jean-Gabriel Ganascia 

Jean-Gabriel Ganascia est expert en intelligence artificielle, apprentissage machine, découverte scientifique, sciences cognitives, philosophie computationnelle, humanités numériques, et éthique des nouvelles technologies.

Nommé en octobre 1988, professeur à la faculté des Sciences de Sorbonne Université, il y enseigne principalement l'informatique, l'intelligence artificielle et les sciences cognitives. De 1988 à 1992, il est chargé de mission, auprès de la direction du département "Sciences Pour l'Ingénieur" du CNRS. De 1993 à 1994, il dirige le Programme de Recherche Coordonnées "Sciences cognitives". Enfin, de 1995 à 2001, il anime le Groupement d'Intérêt Scientifique "Science de la cognition".

Jean-Gabriel Ganascia est président du comité d’orientation du Cycle des Hautes Études de la Culture (CHEC) et membre du comité pilote d’éthique du numérique (CNPEN).

bottom of page