mar. 18 sept. | Domaine Départemental Pierresvives

Table ronde "Mémoires urbaines : 3 quartiers montpelliérains"

Animée par Eric Soriano, maître de conférences en science politique ; Thierry Arcaix, Docteur en sociologie ; Marie-Christine Gaignard, Professeur des écoles à la retraite et Catherine Barrière, Anthropologue chargée de projets.
ENTRÉE LIBRE DANS LA LIMITE DES PLACES DISPONIBLES

Heure et lieu

18 sept. 2018 à 14:45 – 16:00
Domaine Départemental Pierresvives, 907 Rue du Professeur Blayac, 34080 Montpellier, France

À propos de l'événement

Mémoires de quartier pour une mémoire de la ville.

Le quartier Figuerolles à Montpellier : imaginaire et lien social

L'échelle du quartier est fondamentale pour qui veut étudier les relations sociales et les constructions culturelles des villes modernes. S’y ajoute la mémoire, l’affectif, le subjectif, les peurs et les nostalgies, en un mot, l’imaginaire qui vient transmuter le factuel, le « réchauffer », mais aussi le réenchanter…

Des Abattoirs aux Beaux-Arts, Histoire et mémoire d’un faubourg

Dans les années 80, avec la disparition des abattoirs, le quartier connaissait une profonde mutation particulièrement marquée par son changement de nom. Ce quartier fortement structuré autour de la présence des abattoirs ne risquait-il pas de perdre un tissu relationnel et une mémoire orale encore vive ? D'où l'urgence à rencontrer les habitants pour recueillir leur parole. Que dit cette mémoire, homogène ou pas, voire parfois oublieuse, sur la période des Abattoirs ?

La mémoire collective, un outil de médiation ou de transformation pour le quartier de la Paillade ?

Notre propos ethnologique s’appuie sur nos récents travaux de collecte de mémoire dans le quartier de la Mosson à Montpellier. Il consiste à interroger notre travail de collecte de mémoire collective et sa capacité à favoriser la communication d’idées, de savoirs ou de sentiments propres à renforcer les liens entre habitants.

Si effectivement cette mémoire collective reconstituée et patrimonialisée est en mesure de renforcer les liens d’appartenance et de fabriquer un sentiment d’identité collective (ce que nous chercherons à montrer), est-elle pour autant en mesure d’agir sur les représentations culturelles des habitants et de les inciter à agir ? Cette mémoire collective constitue-t-elle un vecteur potentiel de transformation du quartier et de quelle manière ?

ENTRÉE LIBRE DANS LA LIMITE DES PLACES DISPONIBLES

Partager cet événement

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.